Le centre hospitalier Georges-Decroze

Centre Hospitalier Georges Decroze
Rue Ambroise Croizat
BP 30149
60721 Pont-Sainte-Maxence

Tél. : 03 44 31 77 00

Courriel : sec-direction@ch-pont.fr

http://www.centre-hospitalier-decroze.fr

Le centre hospitalier Georges-Decroze du nom d’un ancien maxipontain, maire pendant plus de 30 ans, , situé rue Ambroise Croizat, à Pont-Sainte-Maxence, a une capacité de 155 lits répartis en :

  • 40 lits en moyen séjour (SSR – Soins de Suite et de Réadaptation)
  • 30 lits en long séjour (USLD – Unité de Soins de Longue Durée)
  • 85 lits en hébergement (EHPAD – Établissement d’Hébergement Pour Personnes Agées Dépendantes – dont 50 lits EHPAD, 33 lits EHPAD ALZHEIMER et 2 lits d’hébergement temporaire) pour les personnes âgées qui ont perdu leur autonomie et/ou qui nécessitent de traitements médicaux sous surveillance.

Le centre hospitalier a mis en place des consultations spécialisées en ophtalmologie (prise de rendez-vous au 03 44 31 77 19). À vérifier


Centre communal d’action sociale

C.C.A.S. (Centre Communal d’Action Sociale)
6 Rue Fratras
60700 Pont-Sainte-Maxence

Tél. : 03 44 72 68 57

Horaires d’ouverture
Lundi et jeudi de 14h30 à 17h
Mardi, mercredi et vendredi de 9h30 à 12h et de 14h30 à 17h

Comme tous les Centres Communaux d’Action Sociale, le CCAS de Pont-Sainte-Maxence qui fait partie de la Direction de l’Éducation et de la Cohésion Sociale, intervient principalement dans trois domaines :
  • l’aide sociale légale qui, de par la loi, est sa seule attribution obligatoire
  • l’aide sociale facultative et l’action sociale, volets sur lesquels il dispose d’une grande liberté d’intervention et sur lesquels il met en œuvre la politique sociale définie par les élus locaux
  • l’animation des activités sociales.

Le CCAS propose donc un ensemble de prestations pour remédier aux situations de précarité ou de grande difficulté sociale. Il assure un rôle d’accueil, d’écoute, et d’orientation aux plus démunis vers les services ou organismes adaptés à chaque situation. Il participe aux aides accordées par les différents organismes sociaux (par exemple, l’instruction des dossiers de l’épicerie solidaire qui a ouvert ses portes en 2017).

Il gère également la Résidence autonomie “l’Âge d’or” et un certain nombre d’actions en faveur des aînés maxipontains.